L'IA au service de l'environnement

L’intelligence artificielle au service des horticulteurs pour récolter les fraises et les tomates

Encourager la production locale de fruits et légumes, en mettant un terme à la pénurie de main d'oeuvre et réduire l'impact environnemental lié au transport depuis l'étranger.
 |  High tech

Bientôt des robots sous les serres de nos horticulteurs malouins pour faciliter le travail de l’humain ! C'est Nicolas Salmon qui a l'idée de créer un robot qui pourra cueillir les fruits et légumes fragiles. La société AISPRID pourra ainsi aider les producteurs locaux à palier au manque de main d’œuvre et aussi ramener la production étrangère au plus près de chez nous. Seulement un tiers des fraises consommées en France sont produites dans le pays, le reste vient du Maroc ou d’Espagne !

Le consommateur sera aussi le gagnant car les fruits importés ne sont pas cueillis à maturité pour permettre leur transport, ils perdent de leur saveur et une partie de leurs vitamines. Manger local est toujours plus sain !

L’idée de créer un robot est né quand Nicolas Salmon est allé cueillir des fraises chez Stéphane Thomazeau, à Saint-Méloir-des-Ondes. Il découvre qu'il n'existe aucune solution mécanique pour ramasser ses fruits fragiles... A l'époque, il vit à Londres et souhaite rentrer en France, il découvre le concours Étonnants Créateurs à Saint-Malo et par la même une ville dynamique qui lui offre en prime la possibilité d'assouvir sa passion pour le surf et le kitesurf. De plus, Nicolas Salmon est convaincu qu'il faut manger locale et bio (sans pesticides); que l'alimentation durable est notre futur challenge et donc créer un robot pour reproduire les gestes humains est la solution pour aider nos producteurs locaux à se développer.

Avec Pierre-Edouard Hannoush et Morgan Kervoern, ils vont remporter le concours Étonnants Créateurs en 2019, et trouver des investisseurs et partenaires grâce aux retombées médiatiques. Aujourd'hui ils ont intégré l’incubateur Emergys à la pépinière Odyssée à Saint-Malo. 

Ce robot sera accessible sous forme d’abonnement avec une facturation au volume (« Robot as a service »). Des services complémentaires à la récolte seront également proposés aux clients : projection de volume de leur production sur les prochains jours et détection de maladies et d’insectes ravageurs sur les plantes.

Un premier prototype pour la récolte de la fraise a été testé cette année dans une serre. Aisprid aborde maintenant la récolte de tomates, culture pour laquelle la demande est encore plus importante. Le début de commercialisation est prévu en 2021. Ensuite ils pourront s'attaquer à la récolte du concombre, de la courgette...

Le site web de AISPRID

Commentaires

Saint-Malo Tuto


© Tous droits réservés - Blogueur, webmaster et éditeur : Brigitte Besquent.
Haut de page

J'aime les cookies !

Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.